Histoire

Si Lamorlaye, est du point de vue du patrimoine architectural, un peu éclipsée par ses riches voisins, Royaumont et Chantilly, c’est aussi avec eux que s’est tissée son histoire.

Comme partout en France, l'on retrouve des traces d’activité datant de la préhistoire (des silex taillés découverts lors de la construction de l’immeuble La Montagne, une hache polie à Plein Soleil,…) mais notre histoire commence vraiment avec les Gaulois. C’est ensuite le tour des Mérovingiens : c’est eux qui nous ont légué notre premier nom « MORLACCA » et le souvenir d’un premier château, sur la côte vers Chantilly.

Il faut ensuite attendre Philippe Auguste pour qu'après une période de grande misère, MORLACCA, devenue « MORLEIA » voit une forteresse s'ériger sur l’emplacement du château actuel. Un peu plus tard, les paysans ont beaucoup travaillé pour l’abbaye de Royaumont, fondée par Saint Louis.

La guerre de 100 ans passe avec son cortège de misères et de destructions et c’est seulement au milieu du 15ème siècle que notre ville se redresse avec un nouveau seigneur, Antoine de Gallaix, qui construit un nouveau château dont il ne reste que les douves (rue du Vieux Château) et restaure l’église.

A partir de la seconde moitié du 17ème siècle, Chantilly intervient dans notre histoire : nous en gardons la « forêt du Lys », plantée au début du 18ème siècle par Louis Henri de Bourbon, 7ème prince de Condé.

Le 23 février 1790, la seigneurie de La Morlaye devient commune de La Morlaye. Au milieu du 19ème siècle, le développement des courses, qui rapproche à nouveau Lamorlaye et Chantilly, va être le fait marquant dans la vie de la commune : aujourd’hui Lamorlaye, dont le nom se fixe définitivement à cette époque, est fière de son surnom de "paradis du cheval".

Le château actuel, reconstruit en 1820, a été acheté et agrandi par le comte Vigier en 1872. Il a été de 1960 à 2002 la propriété de l'Institut Biblique Européen qui en a fait un centre de formation religieux. La municipalité l'a acquis début 2005.

Aujourd’hui Lamorlaye fait partie de la Communauté de Communes de l’Aire Cantilienne (CCAC) et a signé la charte du Parc National Régional Oise-Pays de France (PNR).

Elle est jumelée avec Ballynahinch en Irlande : ainsi se maintiennent aujourd’hui des liens très anciens…